Niveaux d’activité physique chez les patients arthritiques des provinces de l’Atlantique

Scott Grandy, Yunsong Cui, Vanessa DeClercq, & Melanie Keats

Cliquez ici pour lire l’article intégral

L’arthrite est l’une des affections chroniques les plus courantes au Canada et l’une des principales causes d’invalidité, touchant plus de 4 millions de Canadiens âgés de plus de 15 ans. Il est intéressant de noter que la prévalence de l’arthrite chez les Canadiens de l’Atlantique de 15 ans et plus se situe nettement au-dessus de la moyenne nationale (soit entre 19 et 23 % dans les provinces de l’Atlantique, comparativement à 16 % à l’échelle nationale). L’arthrite est une maladie inflammatoire touchant les articulations qui entraîne une douleur, une enflure et une raideur articulaires chroniques, et éventuellement nuit à la capacité de la personne atteinte à accomplir ses activités quotidiennes et à sa qualité de vie. La démarche thérapeutique consiste principalement à prendre en charge les symptômes, notamment à soulager la douleur et à améliorer la capacité fonctionnelle articulaire. La stratégie privilégiée est une démarche conservative non pharmacologique, suivie de la prise de médicaments et, enfin, de la chirurgie au besoin. Deux éléments importants de la stratégie de prise en charge non pharmacologique sont la perte de poids et l’activité physique.

Il est bien connu qu’un mode de vie sédentaire et/ou un manque d’activité physique ont des effets négatifs multiples sur les indices de santé. Malheureusement, alors que les bienfaits de l’activité physique sur la santé sont bien établis, nombre de Canadiens n’atteignent pas les 150 minutes d’activité physique modérée ou vigoureuse par semaine recommandées, en particulier ceux souffrant d’arthrite. Divers facteurs, notamment des facteurs environnementaux, démographiques, psychosociaux ou physiques peuvent influencer les niveaux d’activité physique des personnes arthritiques. Par exemple, les facteurs physiques comme la douleur, la raideur ou l’enflure articulaires et la force musculaire réduite peuvent nuire à la capacité à participer pleinement à des activités physiques. Néanmoins, il a été démontré que l’activité physique améliore la capacité fonctionnelle articulaire et constitue une stratégie efficace de prise en charge de la douleur chez les personnes arthritiques. Ainsi, en se penchant sur un échantillon représentatif de la population des provinces de l’Atlantique, l’objectif de ce rapport était de décrire et de comparer les niveaux d’activité physique des personnes ayant rapporté des antécédents d’arthrite à ceux de personnes n’ayant pas d’antécédents de la maladie.

Modifiez vos coordonnées

Vous avez déménagé, changé de numéro de téléphone ou changé d’adresse électronique? Dites-le-nous! Comme notre étude s’échelonne sur une période de 30 ans, il est important que nous puissions rester en contact avec nos participants. Cliquez ici pour mettre à jour vos informations


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed