Environnements associés à une activité physique d’intensité modérée à vigoureuse et à la sédentarité chez les survivants d’un cancer colorectal

Auteurs: Lawrence LM, Stone MR, Rainham DG, Keats MR

Journal: Int J Behav Med. 30 juin 2016

Lien vers l’article intégral

Résumé

Objectif

L’activité physique (AP) constitue une intervention efficace pour améliorer la qualité de vie des survivants d’un cancer colorectal (CCR) et pourrait réduire le risque de récurrence du cancer ainsi que la mortalité attribuable au cancer et la mortalité toutes causes confondues. Toutefois, la plupart des survivants d’un CCR ne sont pas suffisamment actifs pour bénéficier de ces effets. En outre, le comportement sédentaire (CS) a été lié à un risque de morbidité et de mortalité indépendamment du niveau d’activité physique, ce qui représente une occasion additionnelle d’améliorer les résultats relatifs à la santé chez les survivants d’un CCR. Il est connu que l’environnement créé influence l’activité physique et le comportement sédentaire; cependant, on n’en sait encore très peu sur les endroits où les survivants d’un CCR pratiquent une activité physique ou ont un comportement sédentaire. Cette étude exploratoire visait à identifier de façon objective les lieux où les survivants d’un CCR se livrent à une activité physique ou à un comportement sédentaire afin d’être mieux informés pour promouvoir des interventions en matière de santé.

Méthode

On a suivi l’activité et l’emplacement des survivants d’un CCR (n = 31) pendant 1 semaine entre janvier 2014 et avril 2015 en Nouvelle-Écosse, au Canada. Les périodes d’activité physique et de comportement sédentaire étaient appariées aux données obtenues par GPS afin d’associer ces périodes à des emplacements géographiques précis.

Résultats

Le domicile était le principal emplacement où avaient lieu les périodes d’activité physique (73,7 %) et les périodes de sédentarité (90,5 %).

Conclusion

Cette étude était la première à identifier objectivement les lieux où les survivants d’un cancer colorectal sont actifs ou sédentaires. Ces résultats soulignent l’importance d’envisager l’environnement domiciliaire lorsque l’on met au point des stratégies d’intervention pour augmenter l’activité physique et réduire la sédentarité chez les survivants d’un cancer colorectal.

Mots clés

Activité physique; Cancer colorectal; Comportement sédentaire; Environnement créé; GPS; Médecine comportementale; Survivant du cancer

Modifiez vos coordonnées

Vous avez déménagé, changé de numéro de téléphone ou changé d’adresse électronique? Dites-le-nous! Comme notre étude s’échelonne sur une période de 30 ans, il est important que nous puissions rester en contact avec nos participants. Cliquez ici pour mettre à jour vos informations


Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookVisit Us On YoutubeCheck Our Feed